Questions récentes

Plusieurs lecteurs m’ayant posé des questions similaires ces derniers temps, j’ai cru bon d’y répondre publiquement (je hais les copier/coller privés).

Vos histoires sont souvent cruelles envers les femmes. N’êtes-vous pas un peu misogyne ?

Pas du tout. Il ne doit y avoir sur terre que deux femmes (liées entre elles par le sang) pour lesquelles je n’ai plus beaucoup de respect. La médiocrité de ces deux spécimens m’a poussé à reconsidérer le regard que je portais sur l’ensemble, bien entendu, mais le reste de la gent féminine en ressort embellie: il faut connaître la petitesse pour apprécier la grandeur.

Des événements personnels de ces deux dernières années m’ont ouvert les yeux. Celles que je trouvais autrefois méprisables me paraissent maintenant plutôt normales et je les accepte, avec leurs défauts.

L’écriture me permet d’évacuer certaines émotions, dont la colère. On m’a utilisé et trahi, et la douleur ne doit pas rester à l’intérieur. Je la dirige contre certains personnages fictifs, et ça contribue au maintien de relations paisibles dans ma vie de tous les jours.

Sous quels autres noms écrivez-vous ? J’aimerais lire vos autres livres.

Je ne tiens pas à divulguer ces autres noms, pour diverses raisons, la principale étant la volonté de protéger mes enfants, car certains de ces écrits sont destinés aux adultes et pourraient leur porter préjudice s’ils tombaient sous les yeux de certains camarades ou parents bien-pensants.

Vos personnages sont-ils inspirés de personnes réelles ?

Mon vécu influence forcément mon imagination, mais je n’ai pas l’impression de placer de véritables personnes dans mes fictions publiées sous ce nom. Je préfère habituellement les créations originales aux pâles copies.

Qu’écrivez-vous en ce moment ?

J’avance simultanément (toutes identités confondues) un roman, plusieurs nouvelles et deux longues pièces de théâtre.

Parfois le silence est d’or

Comme vous l’avez remarqué, je suis plutôt silencieux ces derniers temps, et ni ce blog ni mon Twitter ne sont tenus à jour. Que les fans et amis se rassurent cependant: j’écris toujours, et publie même mes textes. Dans des genres différents, toutefois, et sous des noms de plume que je ne dévoilerai pas.

Je tiens à séparer plus nettement qu’auparavant ma vie personnelle de ma vie professionnelle. Bien que je poursuive également la rédaction de certains projets semblables à ceux qui alimentaient ces pages, je consacre l’essentiel de mes efforts aux réalisations de ces autres identités. Outre des ventes plus nombreuses, j’y ai trouvé surtout une quiétude à laquelle j’aspirais particulièrement ces derniers mois. Dans les brumes de l’anonymat, je n’ai pas à subir les réflexions désobligeantes d’exs mégalomanes qui s’imaginent que je parle d’elles en long et en large dans mes textes.  J’y ai plus de libertés, sachant que personne ne surveille d’éventuels liens entre mes (é)crits et mon (vé)cu.