100% Maman

The Jeweled Heart, by Chaos Jaguar

« The Jeweled Heart », par Chaos Jaguar

100% Maman

— Rien à faire, son âme refuse de bouger, dit la voix éthérée la plus grave.

— C’est la première fois que j’en vois une coincer, dit la plus aiguë.

Max regarda en direction d’où provenaient les deux voix, mais il ne vit que deux sphères luisantes. Ses yeux fonctionnaient plutôt bien, autrefois. Avec l’âge cependant, sa vue avait baissé un peu, forcément, mais il aurait dû être capable de voir autre chose que de la grisaille et deux luminaires translucides. Enfin c’était toujours mieux que les ténèbres qui avaient précédé. S’était-il endormi ?

— Et voilà l’âme remplaçante qui s’éveille.

— C’est normal, c’est l’heure.

— Elle devrait déjà être à l’intérieur du corps.

— Encore un effort, essayons de tirer d’abord vers le bas.

Les deux soleils diaphanes s’agitèrent. Leur luminosité s’intensifia un instant, puis retourna à son niveau précédent.

La brume qui entourait Max se nuançait. À travers elle, il entrapercevait les contours d’une salle d’hôpital. Au-dessous de lui, il y avait une femme en blouse bleue qui s’affairait autour d’une patiente à demi nue, un barbu assis sur une chaise, et un grand type en blouse blanche et au stéthoscope en guise de cravate.

Lire la suite

Vidéo sur le désir

J’ai participé à un projet multimédia à l’occasion du festival Portes Ouvertes Consolat, qui se déroulait ce week-end (5,6&7 octobre 2012) à Marseille. Il s’agissait d’une écriture sur vidéo, sur le thème du désir, en collaboration avec huit autres écrivains du site ipagination. Chaque auteur était responsable d’un segment de 30 secondes à peu près, et avait pour consigne de trouver des phrases à caler sur les images de la vidéo fournie tout en respectant le travail effectué par ses prédécesseurs. Le collectif d’artistes « La Maison Bleue« , à l’origine du projet, distribuait le texte à tour de rôle aux neuf participants. Le relatif anonymat durant l’écriture ne permettant aucun contact direct, je ne pouvais être influencé par rien d’autre que les mots déjà mis en place, les images et les sons.

J’étais en sixième position, ma contribution s’étend de 2:38 à 3:11.

Félicitations à tout le monde impliqué dans cette aventure, cela a été une expérience fort intéressante.

L’Éveil De La Chair, histoire d’amour moderne

l'éveil de la chair, histoire d'amour moderne, illustration.

Un riche héritier commande une femme artificielle à un roboticien renommé. Pourra-t-il trouver l’amour auprès d’une femme sans cœur?

L’Éveil De La Chair est une nouvelle de science-fiction de 2700 mots, au format PDF.  Texte intégral.

J’apprécie toujours les commentaires, fussent-ils mitigés. N’hésitez pas à me faire part de vos avis sur cette histoire.

Lisez l’Éveil De La Chair, histoire d’amour moderne

 

Galets Magiques

Galets Magiques, illustration d'un extra-terrestre.Que feriez-vous si vous découvriez des objets étranges que deux extra-terrestres auraient laissé derrière eux? Et si c’étaient des armes, s’il y avait danger? Et si l’humanité toute entière risquait de trouver là une occasion unique d’établir un contact avec une autre intelligence? Quelques questions auxquelles tentent de répondre Victor et Paul, deux amis d’enfance, dans cette nouvelle humoristique de 4300 mots (une dizaine de pages A4).

Galets Magiques (Texte intégral, au format pdf)

Egalement disponible sur ipagination.

L’illustration a été gracieusement fournie par un ami peintre (visitez sa galerie sur Artquid!)

Leçon d’Ange

Voici une nouvelle de 1600 mots sur le thème de l’art: Leçon d’Ange (pdf). Dialogue entre un ange et l’épouse d’un écrivain.

Issue d’un mélange d’une vieille idée et d’une conversation avec un ami peintre, cette histoire me permet de placer des mots sur des sujets qui me sont chers ces jours.

Également disponible sur ipagination pour ceux qui préféreraient ce format.

Pauvre Chien Digne

Une vieille veuve un peu sourde passe une annonce pour remplacer son chien qui vient de disparaître. Une jeune femme lui propose un toutou bien particulier: son homme, qu’elle a dressé.

Voilà pour le résumé de ma dernière petite pièce de théâtre, un sketch d’une dizaine de minutes pour trois acteurs (deux femmes et un homme). Un peu d’absurde, beaucoup d’humour, en égratignant au passage le féminisme, les droits des animaux et les misères du troisième âge.

Les troupes amateures comme les professionnelles monteront aisément cette mini-comédie peu exigeante en moyens (décors, costumes et accessoires simples). Je n’ai pas prémâché le travailleur du metteur en scène qui a donc toute lattitude pour exprimer sa créativité.

Le texte intégral: pauvrechiendigne.pdf

J’espère qu’il rencontrera au moins autant de succès que mes pièces précédentes. N’hésitez pas à me laisser vos impressions, commentaires, critiques… ici ou ailleurs.

Interview d’une héroïne

Bonjour Nadisha, peux-tu te présenter en quelques mots?

Je m’appelle Nadisha, et je joue dans « Promotion borgne » le premier rôle féminin: Marie-Claire, une fille un peu snob qui tente de manipuler son homme et ceux qu’elle rencontre.

C’est un prénom original…

Ma mère ne parvenait pas à se décider. Elle hésitait entre Nadia et Natasha. Mon père, un type très pragmatique, a tranché. Dans une première version du manuscrit, je portais mon vrai prénom, mais les bêta-lecteurs n’ont pas accroché. Il a fallut trouver quelquechose qui collait plus au rôle.

Peux-tu résumer l’intrigue en quelques mots?

C’est avant tout une histoire d’amour compliquée entre des personnages maltraités par leur passé. La Catastrophe transforme leur vie, et ils doivent apprendre à gérer les conflits qui en découlent, et saisir les opportunités qui se présentent afin d’avancer. Je vois que tu as classé le roman dans la science-fiction, mais pour ma part je trouve ça très réducteur. C’est un roman contemporain, plein d’action et de relations complexes. Ce n’est ni futuriste ni très scientifique, en tout cas.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans cette expérience?

Incarner un personnage qui perd la vue a été une aventure unique. Il a fallu se concentrer sur les sens restants. Ne pas voir le jeu de vos compagnons m’a frustrée, mais j’ai l’impression que mon propre jeu y a gagné en intensité.

Tu commences l’histoire au bras de Nicolas, le protagoniste du roman, mais peu à peu tu te rapproches de Perrique, son principal antagoniste.Comment as-tu vécu ce triangle amoureux?

J’ai particulièrement apprécié les scènes avec Perrique, dont mon personnage tombe plus ou moins amoureuse. Il joue un type odieux, cruel, prêt à tout pour parvenir à ses fins, mais il a aussi un côté très attachant. Je ne suis pas d’accord avec toi quand tu l’appelles l’antagoniste. Je crois qu’il avance le récit autant que Nicolas, mais d’une manière différente. Perrique n’est pas un égoïste, il a juste une autre vision de ce que doit être l’avenir de l’humanité.

Parmi les personnages secondaires, avec qui as-tu eu le plus de plaisir à jouer?

Ouhla, dure question. Jean-Marc, le boucher sans scrupules, peut-être, parce que j’ai un faible pour les brutes. Ou Sophie la cruche. Elle a des répliques tordantes.

Vous avez traversé la Suisse et la moitié de la France, dans l’histoire. Comment as-tu vécu ce voyage?

Nous n’avons pas toujours eu le temps de profiter du paysage, mais j’ai apprécié le changement de climat. Le sud de la France est quand même plus agréable que nos montagnes, à ce niveau-là. Sinon, ça n’a pas toujours été facile de vivre loin du confort moderne, mais j’ai trouvé très enrichissant de reconstruire ce que nous pouvions, avec nos moyens limités.

En conclusion: si tu pouvais parler personnellement à chaque lecteur, que lui dirais-tu?

Je lui demanderais de ne pas me tenir rigueur des vacheries dont je me rends coupable dans « Promotion borgne« . J’espère qu’il passera autant de plaisir à nous lire que nous en avons eu à participer à cette aventure.